Brèves du Comptoir...

Le blog de la Librairie Le Comptoir
ou le journal de bord d'une libraire du bout du monde !
Je vous invite à prolonger le plaisir de vos visites à la Librairie en partageant vos coups de coeurs et vos idées dans cette arrière-salle cybernétique du Comptoir.

Site web permanent http://www.comptoir.cl/

05/04/2009

Les chaussures envolées

Dimanche studieux, les commandes sont bouclées pour la prochaine importation et il y a un livre en moins sur ma pile :

Lu "La chaussure sur le toit", de Vincent Delecroix, en Folio :




Au centre de ce roman, une chaussure abandonnée sur un toit parisien. Sa présence est expliquée par les récits des divers personnages, qui fréquentent tous le même immeuble, à proximité de la gare du Nord : un enfant rêveur, un cambrioleur amoureux, trois malfrats déjantés, un présentateur vedette de la télévision, un chien mélancolique, un immigré sans papiers, etc.

J'ai bien aimé l'histoire de la vieille dame qui se prend d'amitié pour un pompier homosexuel et vice-versa, ainsi que le discret chassé-croisé de tous ces habitants qui font que toutes ces histoires n'en soient finalement qu'une.

Je sais que cela n'a rien à voir, mais le titre de ce roman m'a toujours fait penser au phénomène des "zapatillas colgadas" courant dans les grandes métropoles de ce continent. Le pourquoi d'un tel phénomène ne fait pas consensus et cela ferait un beau sujet de roman aussi...




Quelles que soit vos chaussures, je vous souhaite de commencer cette semaine du bon pied !


1 comment:

Seadew said...

un commentaire reçu de Glasgow en Ecosse. Moi qui croyais que le phénomène ne touchait que les villes latines ! Les explications sont les mêmes sous toutes les latitudes mais rien de certain apparemment...
Quote :
Just read your latest book review, love reading them - they make me want to read each book you talk about! Just a note to say that there's one of the areas I work in with a pair of trainers hanging from a telephone wire above a canal. It's a gang fighting area (one of the ones where we try to work with the young people). There's a lot of mythology about the trainers hanging there - it happens in quite a few areas. A lot of people think they may be gang marks - a bit like they put their graffitti tags on walls and anywhere there's a flat surface. Other people think it's some sort of signal from drug dealers. I really dont' know! But it's interesting, and it shows what a novelist can do with these little things that we notice but dont' explore....
Unquote